Archives de la Catégorie : Construction immobilière

Août 08 2018

Nouveaux produits bâtiment : CHRYSO®Fibre UF 500, une nouvelle microfibre naturelle 100% durable

Le blog du bâtiment : CHRYSO renforce son offre de microfibres avec CHRYSO®Fibre UF 500, des fibres naturelles 100% vierges (non issues d’énergies fossiles) recouvertes d’une protection alkali résistante brevetée.
Par leur dispersion homogène dans la matrice cimentaire, ces fibres contribuent à limiter les fissures au jeune âge.

Le blog du bâtiment CHRYSO

En absorbant une partie de l’eau excédentaire du béton, elles favorisent la cohésion endogène, l’ancrage et l’hydratation du ciment.
Cette microfibre naturelle permet également d’améliorer la résistance au feu, à l’abrasion et aux chocs, ainsi qu’aux cycles de gel-dégel.

Destinée à de nombreuses applications, l’UF 500 est particulièrement appropriée aux bétons qui nécessitent une haute qualité de finition : bétons lisses, polis, drainants et patinés. Cet avantage est renforcé par sa capacité de coloration puisque les fibres hydrophiles favorisent la fixation des pigments.

Comme pour l’ensemble de ses solutions, CHRYSO accompagne son offre de fibres UF 500 de son équipement de dosage automatisé CHRYSO®Fiberdose. L’utilisation de ce matériel garantit aux producteurs de béton prêt-à-l’emploi d’optimiser leur contrôle qualité, leur traçabilité et leur sécurité.

Les axes de développement de l’offre pour bétons fibrés de CHRYSO s’articulent autour d’une double expertise en formulation et en caractérisation des bétons. Les solutions comprennent un large panel de fibres permettant de répondre à chaque application et à chaque besoin de performances. Les gammes CHRYSO®Fibre comprennent des microfibres et des macrofibres synthétiques.

 

À propos du Groupe CHRYSO
Destinée aux cimentiers, industriels du BPE, préfabricants et entreprises de la construction, l’offre CHRYSO comprend des additifs pour le ciment, des adjuvants pour le béton et des Construction Systems (solutions pour étanchéité, mortiers, …). Les solutions CHRYSO® se sont illustrées sur de prestigieux chantiers grâce au réseau de 20 filiales internationales dans plus de 100 pays (distributeurs, licenciés et agents). CHRYSO est également leader dans le domaine des bétons décoratifs à destination des artisans avec son offre Moderne Méthode et son école de formation Béton Academy. Le groupe compte plus de 1200 collaborateurs à travers le monde.

 

 www.chryso-group.com

Juil 26 2018

Nouveaux produits bâtiment : LA FILIÈRE PLACO® RECYCLING FÊTE SES 10 ANS ET DÉVOILE SON NOUVEAU SERVICE « BIG BAG »

Le blog du bâtiment : UN ACTEUR ENGAGÉ POUR LA TRANSITION  VERS L’ÉCONOMIE CIRCULAIRE 

Le blog du bâtiment PLACO

 

Évolution des mentalités, des habitudes et des modes de consommation…, la population est de plus en plus sensible aux enjeux liés à l’environnement. À l’heure où le cadre réglementaire autour de cette problématique est en perpétuelle mutation, la transition vers une économie circulaire constitue un enjeu majeur dont les professionnels du bâtiment et des travaux publics doivent se saisir. Conscient de sa responsabilité sociétale, pionnier du recyclage du plâtre, et industriel certifié ISO 14001 et ISO 50001, PLACOPLATRE fait du respect de l’environnement l’une de ses priorités stratégiques.

Tout commence il y a vingt-cinq ans, lorsque PLACOPLATRE met en place un premier système de recyclage interne de ses déchets de production. En 2008, il s’ouvre à l’externe et crée PLACO® RECYCLING, la première filière française de recyclage des déchets de chantiers à base de plâtre, qui fête aujourd’hui ses dix ans. Empreinte d’un esprit d’innovation et de proximité, celle-ci s’est développée au fil des années. PLACO® RECYCLING dévoile aujourd’hui un nouveau service de reprise des déchets des petits et moyens chantiers, baptisé « l’offre Big Bag ».

Nombre d’acteurs sont concernés par la démarche : maîtres d’ouvrage, entreprises de construction ou de déconstruction, plaquistes, collecteurs, déchetteries et distributeurs. Véritable service de proximité, PLACO® RECYCLING bénéficie d’un maillage national important avec le premier réseau composé de plus de 160 collecteurs agréés. La filière offre une traçabilité des déchets de plâtre depuis leur prise en charge par les collecteurs du réseau, jusqu’à leur recyclage dans les usines PLACOPLATRE.

La localisation des trois usines et ateliers de recyclage, implantés à Vaujours (93) en 2008, Chambéry (73) en 2009 et Cognac (16) en 2010, minimise les coûts de transport des déchets en provenance des collecteurs agréés, dont le professionnalisme et la fiabilité garantissent :

– la collecte des déchets sur des dépôts, chantiers, déchetteries professionnelles ou publiques,

– le tri des déchets conformément au cahier des charges élaboré par PLACOPLATRE,

– le transport dans des conditions optimales jusqu’à l’atelier de recyclage.

PLACO® RECYCLING EN CHIFFRES 

  • • 160 collecteurs agréés
  • • Près de 400 000 tonnes de plâtre recyclées en 10 ans
  • • Taux de recyclât croissant (en moyenne 10 % à ce jour)
  • 51 000 tonnes recyclées en 2017 sur les 91 000 tonnes totales recyclées par la profession et sur les 400 000 tonnes du giseme

 

RÉDUIRE LES NUISANCES ENVIRONNEMENTALES LIÉES À LENFOUISSEMENT DES DÉCHETS 

La loi du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte (LTECV) fixe un objectif de valorisation des déchets de construction et de déconstruction de 70 % en 2020. Elle vise également une réduction de l’enfouissement des déchets non dangereux de 30 % en 2020 et de 50 % en 2025. Précurseur, PLACOPLATRE n’a pas attendu cette annonce pour prôner le recyclage. Ses produits à base de plâtre sont fabriqués à partir de gypse naturel, une matière saine et recyclable à l’infini.

Jusqu’à 30 % moins onéreux que l’enfouissement légal, le recyclage du plâtre préserve les ressources naturelles des carrières desquelles est extrait le gypse, tout en restant viable d’un point de vue économique.

UNE RESPONSABILITÉ PRÉSENTE À CHAQUE ÉTAPE DU CYCLE DE VIE DU BÂTIMENT 

L’esprit de prévention et de protection de l’environnement qui caractérise PLACOPLATRE s’illustre avant, pendant et après la construction :

 EN AMONT

– une démarche d’éco-conception des produits est mise en place pour améliorer le confort de vie des occupants des bâtis : isolation thermique et acoustique, qualité de l’air, sécurité incendie…,

– la durabilité des produits, comme la plaque de plâtre HABITO®, et leur maintenance tout au long de leur vie, sont au coeur de l’innovation,

– la quantité de rebuts de production est réduite grâce à une fabrication optimisée et une réintégration systématique dans le process,

– le maillage territorial des unités de production limite le transport,

– les conditionnements sont minimisés en remplaçant par exemple les palettes en bois par des cales de lins.

 SUR LES CHANTIERS

– les offres « sur-mesure » limitent les découpes et donc les déchets, et améliorent le confort de pose,

– les déchets de plâtre et les chutes de découpe sont positionnés dans un contenant dédié.

DURANT LES PHASES DE DÉCONSTRUCTION OU DE DÉMOLITION 

– le tri est effectué sur le chantier,

– les déchets de plâtre sont collectés dans une benne dédiée,

– le transport jusqu’aux ateliers de recyclage est optimisé.

 ET APRÈS ?

– un contrôle de la conformité et un suivi de traçabilité sont effectués,

– les déchets sont transformés et redeviennent de la poudre de gypse, à recycler après broyage et séparation du carton, également valorisé,

– le gypse à recycler est réintroduit dans le process de production de nouvelles plaques de plâtre.

* Sont admis uniquement : les plaques de plâtre standard, hydrofuges, feu, haute dureté, acoustiques, les dalles de plafond en plâtre, les cloisons alvéolaires à base de plâtre, les carreaux de plâtre standard ou hydrofugés. Ils peuvent être revêtus de papier peint et de peinture. 

 

LA VALORISATION DES DÉCHETS DE PLÂTRE 

Étape 1Sélection d’un collecteur à proximité du chantier à partir du site www.placo.fr

Étape 2 Benne dédiée à disposition sur le chantier

Étape 3 : Transport de la benne jusqu’à la plateforme du collecteur

Étape 4 : Tri sélectif et massification sur la plateforme du collecteur

Étape 5 : Transport optimisé à l’atelier de recyclage PLACOPLATRE dédié

Étape 6 : Transformation des déchets en poudre de gypse à recycler – broyage et séparation du carton et autres matières

Étape 7 : Recyclage et valorisation par réintroduction dans le process de fabrication des nouvelles plaques de plâtre PLACOPLATRE

 

NOUVELLE OFFRE « BIG BAG » : LA QUALITÉ DE SERVICE AU COEUR DE L’INNOVATION PLACOPLATRE 

L’esprit pionnier et l’engagement responsable de PLACOPLATRE s’illustrent une nouvelle fois aujourd’hui à travers le lancement du service inédit « Big Bag ». Cette solution de collecte des déchets de plâtre vise à démocratiser l’accès au recyclage grâce à la reprise de petites quantités provenant de chantiers diffus.

UN FONCTIONNEMENT SIMPLE ET RAPIDE… 

L’artisan achète, auprès d’un distributeur proposant le service, un lot de sacs spécifiques. Translucides et réutilisables, ils présentent une capacité de 25 kg. Au fil du chantier, le professionnel trie les déchets de plâtre, issus des déconstructions ou des chutes de découpe, et remplit les sacs. Il les apporte chez le distributeur, qui les contrôle avant de les vider dans un Big Bag dédié.

Lorsque le distributeur a rempli 8 à 10 Bigs Bags, un collecteur agréé PLACO® RECYCLING les reprend, les contrôle une nouvelle fois, puis les massifie avant de les acheminer vers l’atelier de recyclage PLACOPLATRE le plus proche. Transformés en poudre de gypse à recycler, ils sont réintroduits dans le process pour fabriquer de nouvelles plaques de plâtre.

AU PLUS PRÈS DES ATTENTES 

Sur un plan réglementaire, le service « Big Bag » permet au distributeur d’offrir une réponse innovante au décret n°2016-288 du 10 mars 2016, portant sur la reprise des déchets « issus des matériaux, produits et équipements de construction ». Les artisans peuvent répondre aux attentes des labels (HQE…) et des maîtrises d’ouvrages publiques avec leurs nouvelles obligations de Haute Performance Environnementale depuis le 1er septembre 2017.

L’offre se distingue par des avantages innovants, pensés pour chaque acteur de la chaîne :

l’artisan bénéficie d’une gestion simplifiée et efficace adaptée à la taille de son chantier. La reprise des déchets lui est facturée forfaitairement à l’unité. Il reçoit une attestation de recyclage des déchets, reconnaissance de son engagement qu’il peut ensuite valoriser auprès du maître d’ouvrage,

le distributeur dispose d’une solution clé en main facilitée. Le Big Bag d’1 m3, reposant sur une structure en acier galvanisé livrée montée, ne nécessite pas la création d’une alvéole, la location d’une benne ni une autorisation administrative. Il est assuré que les déchets collectés sont ensuite acheminés, par un collecteur agréé, vers l’usine PLACOPLATRE la plus proche. Recyclable à l’infini, le matériau est réintégré dans le cycle de fabrication,

le maître d’ouvrage est rassuré par la fiabilité de la solution lui garantissant la collecte et le recyclage des déchets de plâtre issus de ses travaux. Il peut accéder à des labels (BREEAM…) et répondre aux obligations de Haute Qualité Environnementale (HQE) dans le cadre d’Appels d’Offres Publics.

 

www.placo.fr

Juil 03 2018

Nouveaux produits bâtiments : Weber lance deux mortiers projetables innovants de réhabilitation des réseaux hydrauliques visitables, sans pose de treillis soudés

Le blog du bâtiment : La réhabilitation des réseaux hydrauliques visitables, enjeu majeur dans la gestion patrimoniale des collectivités, s’accompagne fréquemment de nuisances préjudiciables au confort des riverains et au bon fonctionnement de la ville : surfaces d’emprises sur la chaussée importantes, dont l’accès est d’autant plus paralysé que les interventions peuvent s’avérer longues.

Weber innove en proposant deux nouveaux mortiers projetables par voie mouillée qui suppriment la fastidieuse et chronophage pose de treillis soudés : weberep VM 265, et sa version pour coque mince weberep VM 266. Synonyme de gain de temps et de place sur chantier, facilité de mise en œuvre et sécurité pour les opérateurs, ce mortier de réhabilitation offre par ailleurs des performances mécaniques sans égales et confère à l’ouvrage une durabilité optimale.

Le blog du bâtiment Weber

 

Suppression du treillis soudé dans la réhabilitation douvrages ovoïdes : latout numéro 1 des mortiers weberep VM 265 et weberep VM 266

La méthode traditionnelle consiste à régénérer les éléments de maçonnerie via la projection de béton par voie mouillée sur un treillis soudé préalablement ancré sur les faces internes de l’ouvrage à réhabiliter. Weber a conçu un mortier de réparation, weberep VM 265 et 266, renforcé de fibres métalliques amorphes qui dispense de la pose laborieuse de treillis. Ainsi, la suppression de cette phase induit une réduction du temps sur chantier estimée jusqu’à 40 %, fort appréciable pour les entreprise de mise en œuvre (optimisation de la rentabilité) comme pour les riverains (diminution des nuisances visuelles et sonores)*.

Ce gain de temps s’accompagne également d’un gain de place sur site : la disparition des treillis soudés et la réduction du volume de mortier nécessaire garantissent des zones de stockage moins importantes. Cela signifie d’ailleurs aussi moins de livraisons, donc moins de consommation de carburant et moins d’émissions de gaz à effet de serre : un “+” pour l’environnement !

Exit la découpe et la fixation des panneaux de treillis : la pénibilité du travail s’en trouve d’autant amoindrie pour les intervenants et tout risque de litige, lié à des défauts d’enrobage, exclu. Autre atout “sécurité” : les vols d’acier sur chantier sont également réduits.

Notons aussi que les domaines d’utilisation de ces nouveaux mortiers s’étendent à la réfection et au confortement structurel des parements (émissaires visitables, ovoïdes, galeries, bassins, sur ouvrages souterrains en milieu confiné et sur ouvrages aériens).

 

Des performances de résistance optimales grâce à l’emploi des fibres FIBRAFLEX®

La composition de weberep VM 265 et weberep VM 266 intègre des fibres métalliques amorphes FIBRAFLEX®(produites par Saint-Gobain SEVA) aux caractéristiques exceptionnelles : extrêmement résistantes à la corrosion (contrairement aux fils d’acier des fameux treillis soudés), elles améliorent les propriétés mécaniques et la durabilité des mortiers ou bétons auxquels elles sont incorporées.

Agréés à la rénovation des réseaux hydrauliques visitables par le bureau d’étude spécialisé Structure et Réhabilitation, weberep VM 265 et weberep VM 266 affichent des résistances à la compression et à la traction par flexion élevées (fr1 = 1,6 MPa pour weberep VM 265 et fr1 = 2,7 MPa pour weberep VM 266), limitant l’apparition des premières ouvertures de fissures et conférant pérennité aux ouvrages. Afin d’assurer ces performances, Weber prend soin de contrôler en usine le dosage en fibres et leur bonne répartition dans les mortiers et conditionner ces derniers en sacs parfaitement homogènes. Prêts à l’emploi (malaxage des produits en machine), ils peuvent se projeter sur grande longueur (≥ 80 ml) et présentent une très bonne tenue en voute.

Précisons que weberep VM 265 et weberep VM 266 disposent de la même formulation, à une seule exception : le dosage en fibres métalliques amorphes. Ainsi, weberep VM 265 contient moins de FIBRAFLEX® que weberep VM 266 et sera donc préconisé pour les chantiers à moindre sollicitation ou mis en œuvre avec des épaisseurs plus importantes ; weberep VM 266, quant à lui, convient idéalement aux réhabilitations structurelles en coque mince (autorisant une réduction de l’épaisseur de chemisage à réaliser, à partir de 3 cm).

Dans tous les cas, seule une étude préalable (avec note de calcul de dimensionnement par un bureau d’étude spécialisé pour chaque ouvrage, chaque chantier) permet de déterminer le choix du produit adéquat, sachant que weberep VM 265 comme weberep VM 266 se révèlent solutions des plus ergonomiques, rapides, performantes et durables.

*Notons que cette technique sans tranchée doit être réalisée par des entreprises applicatrices spécialisées et disposant de toutes les qualifications nécessaires, ainsi que du matériel et des équipements de protection adapté. Le démarrage de ces travaux s’appuie sur une préparation rigoureuse incluant un diagnostic préalable, une note de calcul de dimensionnement et la préparation du support. Un suivi et un contrôle de la mise en œuvre s’avèrent aussi essentiels.

 

Caractéristiques techniques de weberep VM 265 et weberep VM 266

• Composition : liant hydraulique, sables et granulats silico-calcaires roulés, adjuvants spécifiques non chlorés, fibres métalliques amorphes

• Gâchage : 4,25 litres d’eau par sac de 25 kg

• Mise en œuvre :

– application par projection en voie mouillée en une ou plusieurs passes, en fonction de l’épaisseur et de la finition à réaliser

– début de prise à 20 °C = 3 heures

– fin de prise à 20° C = 3 heures 30

• Conditionnement : sac de 25 kg

• Consommation : environ 2 tonnes par m3 de produit en place

 

Performances

Résistance en compression(1)

Résistance à la traction par flexion(2)

weberep VM 265

weberep VM 266

 

 (1)Valeurs moyennes mesurées à + 20 °C au dosage en eau nominal de 17 % selon NF P 15-471 (cubes 10 x 10 cm).

(2)Valeurs moyennes mesurées à + 20 °C au dosage en eau nominal de 17 % selon NF EN 14651 (essai de flexion 3 points sur prismes entaillés 150 x 150 x 600). Données utiles à lélaboration dune note de calcul de dimensionnement.

 

www.weber.fr

Juin 20 2018

Nouveaux produits bâtiment : PLACO® SE POSITIONNE SUR TOUS LES PLANCHERS DE MAISON INDIVIDUELLE AVEC LES NOUVEAUX RUPTEURS RUPSILON® PI

Le blog du bâtiment : La part des déperditions thermiques des sols et planchers représente entre 7 et 10 % des déperditions globales d’un bâtiment. La RT 2012 a ainsi fixé à 0,6 W/(m.K) la valeur maximale du pont thermique en plancher intermédiaire, et à 0,28 W/(m.K) la valeur moyenne sur l’ensemble du bâtiment. L’utilisation de rupteurs est devenue essentielle pour respecter ces exigences et traiter durablement et économiquement l’isolation du bâti. Proposer une solution polyvalente performante, tel est le leitmotiv de PLACO® avec le lancement de la nouvelle gamme de rupteurs de ponts thermiques pour planchers intermédiaires RUPSILON® PI.

Le blog du bâtiment Placo

 

Destinée au marché de la maison individuelle neuve, la gamme RUPSILON® PI s’adapte à tous les types d’entrevous en béton, bois, plastique ou polystyrène ainsi qu’à toutes les poutrelles, précontraintes (hors Avis Technique) ou treillis, dans différentes hauteurs et largeurs. Ce large spectre de domaines d’emploi, validé sous Avis Technique 3.1/16-888_V1, constitue un atout pour les :

  • distributeurs et négoces, qui disposent d’une gamme claire et polyvalente. Facilitant la gestion de leurs stocks, elle leur permet de répondre à toutes les consultations pour des chantiers de planchers en maison individuelle,
  • maîtres d’ouvrage (constructeurs, promoteurs), qui sont sécurisés sur un plan règlementaire et assurantiel, grâce un Avis Technique*. Ils peuvent ainsi optimiser leurs chantiers avec une solution technique et économique,
  • artisans, pour qui la pose est facilitée avec des produits légers ne modifiant pas la mise en oeuvre classique du plancher,
  • prescripteurs et bureaux d’études, qui peuvent valider des performances thermiques certifiées dans le dossier d’Avis Technique, et attester ainsi du respect de la Réglementation Thermique.

* L’Avis Technique couvre uniquement les montages avec poutrelles treillis.

 

GUIDE DE CHOIX : À CHAQUE CHANTIER SA SOLUTION RUPSILON® PI !

La largeur de la gamme permet de répondre à tous les besoins :

  • RUPSILON® PI T : Rupteur de pont thermique transversal compatible avec les poutrelles treillis et précontraintes (hors Avis Technique), en quatre hauteurs (160, 170, 200 et 250 mm) et quatre largeurs (520, 540, 550 et 570 mm) pour s’adapter à la majorité des montages courants en plancher de maison individuelle.
  • RUPSILON® PI L : Rupteur de pont thermique longitudinal d’une longueur de 1,2 m, disponible en quatre hauteurs (160, 170, 200 et 250 mm). La partie sécable, aux extrémités supérieures du rupteur, permet le positionnement des aciers de ferraillage dans les angles du plancher.
  • RUPSILON® PI T PROTECT et RUPSILON® PI L PROTECT : Pour les planchers de haut de sous-sol et les planchers de toiture-terrasse, ces rupteurs se dotent d’un parement coupe-feu EI15 (résistance au feu de quinze minutes) dédié aux applications nécessitant des exigences incendie (hauts de sous-sols…).

 

RUPSILON® PI vient enrichir l’offre existante du système EPSILON® de PLACO®, composé notamment du RUPSILON® TLR. Ce rupteur de pont thermique 3 en 1 (traitement des ponts thermiques de rives, d’about et du mur de refend) est conçu pour les planchers sur vide-sanitaire avec entrevous en polystyrène.

 

LES [+] DE RUPSILON® PI : LE SOIN DU DÉTAIL

Les rupteurs présentent un profil identique, adaptable à tous les types de poutrelles. Des traits de coupe sur les rupteurs transversaux et des ergots permettant l’emboîtement sur les modèles longitudinaux ont été ajoutés pour faciliter la manipulation et la mise en oeuvre sur chantier. Gain de temps assuré !

 

www.placo.fr

Juin 05 2018

Nouveaux produits bâtiment : Xella affirme son expertise en matière de protection coupe-feu : lancement de 3 nouvelles solutions

Le blog du bâtiment : Avec le lancement de nouveaux produits hautes performances destinés aux experts du mur coupe-feu, Xella se positionne comme le partenaire de solutions constructives avec une offre complète de murs séparatifs et cloison coupe-feu en béton cellulaire.

Parmi cette offre 3 nouveautés majeures :

  • Modulbloc, les grands blocs qui couvrent 6 fois plus de surface que le bloc 0,5×0,2
  • Murfor®, l’armature métallique Bekaert pour supprimer les chaînages en béton armé
  • Les solutions d’ancrages sur ossature béton armé et métal pour une sécurisation maximum de la mise en œuvre.

Le blog du bâtiment Ytong

 

Nouveautés 2018 : une réponse adaptée à chaque mur coupe-feu

C’est dans ce contexte que Xella, présente ses nouveautés YTONG pour démultiplier les atouts du mur coupe-feu en béton cellulaire.

MODULBLOC :

Le grand bloc en béton cellulaire :
1 seule opération = 6 blocs traditionnels

Une solution particulièrement performante pour les chantiers de grande envergure. Le Modulbloc permet de poser jusqu’à 6 x plus de surface en une seule opération et crée un gain de temps lors de la mise en œuvre (jusqu’à 10 m2/heure posés par équipe de 2 personnes). Il offre une liberté de conception et sa pose mécanisée (outillage et pince de levage intégrés à l’offre grand bloc) réduit la pénibilité sur chantier. Comme tous les éléments de la gamme coupe-feu YTONG, les murs en modulblocs sont légers et utilisables pour tous les murs coupe-feu sans limites de dimensions.​

 

Caractéristiques techniques :

  • Dimension : 625Lx500Hmmx200mmép.
  • Masse surfacique = 110 kg/m2​

​​

MURFOR : 

Maçonnerie armée pour supprimer les chaînages en béton armé

Xella ajoute une nouvelle référence à sa gamme coupe- feu YTONG : l’armature métallique Murfor® développée par Bekaert. Elle s’intègre directement dans les joints de la maçonnerie en remplacement des chaînages habituels verticaux et horizontaux. Murfor® s’impose par sa simplicité de mise en œuvre car cette solution ne nécessite ni béton coulé, ni chaînages, ni accessoires spécifiques. Elle renforce la résistance aux efforts transverses et apporte une grande liberté pour la conception et la réalisation de mur coupe-feu. Enfin, Murfor® permet une facilité d’acheminement des matériaux dans les endroits difficiles d’accès ou dans les zones complexes de cloisonnement (ex. : sous- sols de bâtiment, garages ou locaux techniques).​

Caractéristiques techniques :

  • Dimensions : disponible en différentes largeurs de 4à14cm
  • Conforme au DTU 20.1
  • Ouvrage en maçonnerie de petits éléments
  • Conforme à la norme Eurocode 6 sur le calcul des ouvrages en maçonnerie.
  • Conditionnement : pièces de 3 mètres linéaires

SOLUTIONS D’ANCRAGES DESTINÉES À TOUS TYPES DE STRUCTURES EXISTANTES 

La gamme YTONG s’étoffe et intègre 2 nouveaux accessoires :

  • des platines d’ancrages dédiées à la xation des murs  coupe-feu sur des ossatures métalliques,
  • des platines d’ancrages dédiées à la xation des murs coupe-feu sur des ossatures en béton armé,

Ces accessoires sont compatibles avec toutes les solutions Ytong que la pose de la maçonnerie soit manuelle ou mécanique Ils assurent une sécurisation maximum de la mise en œuvre.

 

 

LES ATOUTS MAJEURS DE L’OFFRE COUPE-FEU EN BÉTON CELLULAIRE

Adaptées à tous types d’applications en neuf comme en rénovation ces solutions garantissent une haute performance coupe-feu :

  • matériau classé A1 – point de fusion 1200°C
  • ne dégage aucun gaz toxique ou inflammable
  • nombreux PV Feu de 1h,530xà 4h

Au-delà de ses performances, la gamme coupe-feu YTONG séduit grâce à une grande facilité de mise en œuvre.

  • murs coupe-feu toute hauteur sans recoupement
  • léger sur dalle existante
  • stable sans tenue en tête
  • matériau naturellement blanc qui assure une bonne luminosité du bâtiment

Les produits YTONG assurent une bonne résistance au feu et à l’humidité. En cas de sinistre les propriétés minérales du béton cellulaire lui permettent de ne pas être dégradé par le feu ni par l’intervention des pompiers. Il résiste à la pression de la lance incendie et la remise en état du bâtiment est accélérée avec un coût réduit.

Avec une isolation thermique élevée, la gamme coupe- feu est idéale pour les applications nécessitant une double exigence coupe-feu et thermique notamment dans les, bureaux, locaux industriels…

En résumé, cette nouvelle offre coupe-feu permet de répondre à tous types de chantiers et chacune de ces nouveautés est compatible avec l’ensemble des solutions YTONG.

 

+ De SERVICES : Xella propose également un service d’aide au dimensionnement des murs coupe-feu (en maçonnerie armée ou chaînée) à destination des bureaux d’études.

 

UN CONTEXTE RÉGLEMENTAIRE POUR PROTÉGER LES BIENS ET LES PERSONNES

Les exigences coupe-feu dépendent de la nature des bâtiments.
La règlementation incendie prévoit l’existence de trois types d’ouvrages séparatifs coupe-feu dans les bâtiments industriels. Les murs doivent être construits avec des matériaux incombustibles A1 et les exigences coupe-feu dépendent du type de séparatifs :

  • le mur séparatif coupe-feu (MSCF) : CF 4h
  • le mur séparatif ordinaire (MSO) : CF 2h
  • le compartiment à l’épreuve du feu (CEF) : CF 1h30.

Ils doivent également résister mécaniquement aux chocs ainsi qu’à l’action des lances incendie. Ces dispositifs constructifs visent à limiter le développement et la propagation du feu et des fumées.  Le respect de ces règles permet de faciliter l’évacuation des personnes, de sécuriser l’intervention des sauveteurs et de protéger le bâtiment et les produits stockés. En complément de la réglementation, l’APSAD (Assemblée Plénière des Sociétés d’Assurance Dommage) dé nit un ensemble de règles constructives dont le respect permet de béné cier de réductions de primes d’assurance. La réglementation APSAD R15 est relative aux ouvrages séparatifs coupe-feu dans les bâtiments industriels.

 

www.ytong.fr

Mai 30 2018

Nouveaux produits bâtiment : Schöck – Les rupteurs de ponts thermiques, alliés de la sécurité des balcons

Le blog du bâtiment : Les éléments particuliers de façade (balcons et loggias) se révèlent souvent sujets sensibles pour les acteurs de la construction. L’effondrement d’un balcon à Angers en 2016 qui avait fait 4 victimes, ou plus récemment, en mars dernier, la chute de trois balcons d’un immeuble en rénovation à Nanterre, ont marqué les esprits. Actualité toujours : le Ministère de la Cohésion des territoires a sollicité une étude sur la sécurité des balcons, sous l’égide de l’Agence Qualité Construction (AQC), impliquant également l’Association de certification des armatures béton (Afcab). Faire progresser la solidité des bâtiments s’avère plus que jamais à l’ordre du jour, notamment à l’orée des chantiers du Grand Paris. Une conviction que partage Schöck, l’inventeur des rupteurs de ponts thermiques.

Le blog du bâtiment Schöck

 

La pathologie des balcons selon l’AQC

Les désordres affectant les balcons se répartissent en deux catégories : ceux structurels, ayant trait à des défauts de mise en œuvre sur chantier, aux conséquences allant du simple effritement en nez de dalle jusqu’à la rupture du balcon ; ceux relatifs à des problèmes climatiques et d’humidité, aux répercussions telles que la formation d’efflorescences et de stalactites en sous-face, ou des infiltrations. Rappelons d’ailleurs, qu’à ce jour, la réglementation n’oblige pas le constructeur à effectuer une étanchéité des balcons. Ainsi, nombre de sinistres émanent de conceptions ou de réalisations défectueuses des pentes sensées acheminer l’eau vers les ouvrages de récupération et d’évacuation : insuffisamment inclinées, parfois même dirigées vers les seuils de fenêtres, l’écoulement est rendu inopérant et l’eau stagne induisant des infiltrations à l’intérieur du logement.

 

Les risques d’effondrement

Les défauts de ferraillage constituent l’origine la plus fréquente des effondrements, sachant que bien souvent l’erreur ne vient pas de la conception des plans de béton armé mais plutôt d’une lecture erronée de ceux-ci (avec confusion entre lit supérieur d’armatures et lit inférieur par exemple). Les fissures en partie supérieure de la dalle et parallèles à l’appui peuvent s’expliquer par une insuffisance de section d’acier : en effet, pour un balcon en porte-à-faux, la quantité d’aciers (nombre et diamètre) pour la reprise structurelle de l’élément doit être définie rigoureusement. De même, un mauvais positionnement altimétrique des aciers est préjudiciable : placés trop hauts, ils occasionnent un défaut d’enrobage du béton favorisant la corrosion et l’apparition de fissures ; mis en œuvre trop bas, cela entraîne une diminution de la reprise du moment (bras de levier) de l’élément en porte-à-faux.

 

Les bonnes pratiques

L’AQC met en évidence quelques bonnes pratiques pour pallier tout risque de désordres :

• procéder à une vigilance accrue de l’encadrement des compagnons et mettre en place un système d’autocontrôle sur chantier ;

• vérifier systématiquement le bon positionnement et le ratio des armatures ;

• porter un soin particulier à la réalisation des pentes de balcon en exploitation, facilitant l’évacuation des eaux pour éviter leur percolation à travers le béton ;

• étancher la surface du balcon ;

• veiller à éviter les effets de ponts thermiques.

Schöck, acteur majeur dans le domaine du traitement des ponts thermiques, fait justement valoir en quoi la mise en place d’un rupteur répond parfaitement aux attentes de sécurité sur balcon.

 

Les rupteurs de ponts thermiques Schöck, garants de la sécurité des balcons

Reconnus pour leurs performances structurelles, thermiques et acoustiques (certifiés CERQUAL dans le cadre du traitement des bruits de chocs des coursives en ITE), les rupteurs Schöck entendent également garantir un degré maximum de sécurité des balcons où ils sont mis en œuvre.

Le rupteur est défini par le Service Ingénierie Schöck sur la base des efforts structurels à reprendre (traction, compression et cisaillement) et des plans fournis par le bureau d’études structure du projet. Chaque rupteur est fabriqué sur mesure puis livré sur chantier pour une configuration spécifiquement étudiée.

Ainsi, la conception d’un rupteur d’1 mètre de long, par exemple, tient compte d’un ratio d’armatures au mètre (nombre et diamètre de barres d’aciers par mètre) tout en respectant l’altimétrie des aciers en partie supérieure. Schöck prend également la précaution d’indiquer très clairement sur ses rupteurs, via plaque signalétique, leur référence et leur sens de pose afin de guider les ouvriers sur le chantier.

Steffen Scheer, Directeur technique Schöck, confie : « Le rupteur apporte une double sécurité quant à l’altimétrie des armatures. L’utilisation d’un isolant dense de type NEOPOR® et la présence, en partie supérieure du rupteur, d’un capot plastique muni de crochets permettent de garantir le bon positionnement des barres d’acier, à la hauteur définie, et ce, même si des intervenants marchent sur les armatures des rupteurs. »

Précisons que le rupteur s’avère insensible aux potentielles infiltrations d’eau puisque, d’une part, le corps isolant des rupteurs Schöck est en polystyrène graphité expansé (n’absorbe pas l’eau) et que, d’autre part, les aciers traversant le corps isolant présentent un caractère inoxydable pour justement contrer la corrosion des aciers en cas d’humidité. Un atout qui n’exempte pas les constructeurs d’étancher les balcons, bien entendu.

Enfin, autres valeurs ajoutées de l’expertise Schöck : son accompagnement clients et la traçabilité de ses produits. De la phase conception jusqu’à la mise en œuvre, les équipes Schöck sont présentes durant toute la réalisation du projet. Études de faisabilité, estimations budgétaires, supports techniques, plan de calepinage pour chaque ouvrage, aide au démarrage du chantier, formation du partenaire à la pose des rupteurs dans les règles de l’art jusqu’à la délivrance d’une AFP (Attestation de Formation à la Pose des rupteurs)… : Schöck développe une panoplie de services appréciés des professionnels, qu’ils soient maîtres d’ouvrage, maîtres d’œuvre, entreprises de construction ou bureaux de contrôle.

Industriel engagé et certifié ISO, Schöck réfléchit donc légitimement aux moyens d’assurer toujours davantage la sécurité des constructions, en particulier des balcons. La généralisation du recours aux rupteurs de ponts thermiques, titulaires d’un Avis Technique, pourrait être un des moyens efficaces pour que ces derniers cessent d’être considérés comme les talons d’Achille des bâtiments.

 

Une expertise hors pair… Schöck France, filiale basée à Entzheim (près de Strasbourg), développe et commercialise un ensemble de solutions ultra-performantes de traitement de ponts thermiques. La gamme Schöck Rutherma® / Isokorb® répond aux différents défis des constructions en proposant des solutions sur mesure pour des liaisons béton-béton, béton-acier, acier-acier ou encore béton-bois.

Schöck affiche un chiffre d’affaires annuel de 158,8 millions d’euros en 2016 et une présence commerciale dans 31 pays.

 

www.schoeck.fr

Articles plus anciens «