Archives de la Catégorie : Sécurité

Nov 15 2017

Comment choisir sa garantie décennale ?

La construction et l’acquisition d’un bien immobilier est un engagement important dans une vie puisqu’elle signifie un investissement financier qui n’est pas des moindres. La garantie décennale a pour objectif d’équilibrer les relations entre les professionnels de la construction et les particuliers, en effet grâce à ses textes de lois elle assure une protection juridique pour ces deux parties.

art garantie décennale

 

Il est important de bien définir ce qu’est la garantie décennale et en quoi elle consiste avant de choisir la bonne. La garantie décennale est la garantie due par un constructeur et couvrant la réparation de certains dommages pouvant effectuer une construction pendant une période de 10 ans à compter de la réception des travaux. Cette garantie est obligatoire pour tous les professionnels constructeurs. Attention, la garantie décennale doit bien être différenciée de la garantie biennale et de la garantie de parfait achèvement qui sont d’autres garanties applicables à compter de la réception des travaux.

 

Que couvre la garantie décennale ?

La garantie couvre les travaux portant sur les fondations, les murs, la charpente ou encore la toiture. Car en effet, les dommages prise en charge par la garantie décennale sont ceux qui compromettent la solidité de l’ouvrage ou qui, l’affectant dans l’un de ses éléments constitutifs ou l’un de ses éléments d’équipement, le rendent impropre à son usage. Par contre, ils ne concernent pas les portes ou les fenêtres par exemple.

L’avantage fondamental de cette garantie est la prise en charge immédiate de toute malfaçon découverte dans les 10 ans qui suivent la construction.

 

Le choix de la garantie, venons-en.

Pour vous aider à bien choisir votre garantie décennale la plus adaptée nous vous proposons un comparateur de devis d’assurance décennale.

Mis à part le tarif, qui peut changer d’un assureur à un autre, le constructeur doit aussi sélectionner une formule adaptée à ses besoins. Opter pour la formule la plus économique va de soi, mais il ne faut pas négliger les considérations pratiques, en cas de problèmes de construction. Il faut aussi s’assurer que l’offre implique tous les secteurs (architecte, constructeur…) depuis le début des travaux jusqu’à leurs terme. Les prix des formules varient selon le profil du professionnel. En effet les tarifs dépendent du niveau de risque de chacun que représente pour les assureurs. Le tarif change donc selon l’expérience du professionnel, son statut ainsi que son chiffre d’affaire.

Une fois la garantie décennale sélectionnée, en plus des éventuelles garanties supplémentaires requises par le client, et une fois la comparaison des prix effectuée, c’est au client d’entrer en contact avec la compagnie afin d’obtenir plus de détails. Il existe la possibilité d’une réduction de tarifs, sur l’avis d’un expert.

 

Article sponsorisé

Oct 27 2017

Les accidents du travail dans le BTP

Il fut un temps où les accidents du travail dans le BTP étaient très fréquents et souvent graves. Ce grand nombre d’accidents a amené à réfléchir au sein des entreprises, ainsi que pour des instances publiques telles que la sécurité sociale et la CnamTS, à la mise en place des mesures visant à renforcer la sécurité au travail. Résultat, avec un plan d’action de prévention large, comprenant, par exemple, le passage d’un certificat d’aptitude (CACES) pour les conducteurs d’engins, la gravité ainsi que le nombre d’accidents a considérablement régressé et est, actuellement, toujours en baisse.

 

Des chiffres rassurants pour un secteur accidentogène

Selon le dernier communiqué de presse de l’assurance-maladie, paru le 14 septembre 2017, la sinistralité (accidents du travail, de trajet et maladies professionnelles) dans le secteur du BTP, pour l’année 2016, a connu une baisse de 3,1 % de ses accidents du travail comparé à 2015 (l’indice de fréquence est de 60 AT pour 1000 salariés). Le BTP reste pourtant l’un des secteurs où les risques sont les plus grands. Toutefois, la prévention et les méthodes modernes de travail et d’organisation des chantiers ont permis aux entreprises de créer un environnement bien plus sécuritaire qu’auparavant. En effet, en onze ans le secteur du BTP enregistre une baisse de plus de 31 % de la sinistralité, soit le plus fort taux jamais enregistré, tous secteurs confondus.

 

Les principales causes des accidents dans le BTP

Malgré la baisse de la sinistralité, les causes les plus fréquentes d’accidents dans le BTP restent sans surprise la manutention manuelle (53%), les chutes de hauteur (29%), ainsi que l’utilisation d’outillage à main (9%). Cependant, l’Organisme Professionnel de Prévention du Bâtiment et des Travaux Publics (OPPBTP), avec le soutien de la CnamTS et la DGT, a mis en place un plan stratégique nommé « Horizon 2020« . Ce plan a pour but de réduire significativement les causes des accidents les plus fréquents. Les trois causes prioritaires qui ont été identifiées sont les chutes de hauteur, les dangers chimiques comme avec l’amiante, ainsi que les risques routiers professionnels, des risques qui génèrent fréquemment des accidents mortels. Ainsi, ce ne sont pas moins de 1600 maîtres d’ouvrage qui ont été formés afin de soutenir et d’accompagner les entreprises du secteur dans leurs efforts de prévention des accidents de travail.

 

Les accidents liés aux engins de chantier

Les travaux publics sont, quant à eux, plus touchés par des accidents liés aux engins de chantier comparé au secteur du bâtiment. Si l’on en croit les données recueillies par l’INRS avec son programme « Epicea », qui répertorie des milliers d’accidents survenus entre 1991 et 2008, les accidents d’engins de TP représenteraient 23 % des AT sur cette période. Il s’agit donc du type d’accident le plus fréquent dans les travaux publics, loin devant les autres. Cette base de données montre bien que les risques liés aux engins de TP ne sont pas à prendre à la légère, la conduite et la manipulation d’engins tels que les tombereaux, les pelleteuses, les compacteurs ou encore les dumpers, nécessitent une formation adéquate à la conduite en sécurité, comme le dispense le CACES. Le référentiel annexé à la recommandation de la CnamTS relative au CACES, stipule que la formation des conducteurs d’engins est un prérequis indispensable que l’employeur se doit de respecter. Il permet au chef d’entreprise de remplir ses obligations vis-à-vis de la réglementation et au conducteur d’être formé en prenant en compte tous les éléments du référentiel.

De nombreux accidents dans le BTP sont encore dus à la mauvaise utilisation des engins de chantier, que ce soit sur des voies de transport public, pendant une manœuvre trop brusque ou encore, à cause de la chute d’une des parties de l’engin. Le certificat d’aptitude à la conduite en sécurité n’étant pas obligatoire, certains chefs d’entreprises se contentent de faire suivre une formation rapide à leurs employés et de leur délivrer une autorisation de conduite. Cependant, ces formations rapides ne sont pas forcément en phase avec le référentiel de la CnamTS et n’en abordent peut-être pas tous les éléments. C’est à cause de cette différence qualitative entre le certificat d’aptitude et d’autres formations non homologuées, que des chefs d’entreprises se sont déjà vu condamner au tribunal dans le cadre d’accidents mettant en cause des engins de chantier. Les accidents mettant en cause des engins de travaux publics sont souvent graves et entraînent le décès du conducteur ou d’une tierce personne, raison de plus pour être particulièrement vigilant.

Les accidents dans le BTP ne sont pas dus seulement à une mauvaise utilisation des engins ou des machines ou à une mauvaise organisation du travail, mais aussi, dans de nombreux cas, aux dysfonctionnements du matériel, ou bien à la nature et à l’état du sol qui peuvent également jouer un rôle important.

 

Former à la sécurité contribue à réduire le nombre et la gravité des accidents

Former les salariés à la sécurité fait partie des obligations légales de l’employeur. Les ouvriers doivent recevoir une formation dès leur entrée dans l’entreprise afin de minimiser les risques qui, comme le montrent les données collectées sur le sujet, sont plus grands lors des premiers jours d’embauche. De plus, bien que la sinistralité soit en baisse dans le secteur, certaines maladies professionnelles enregistrent une augmentation de leur indice de fréquence. C’est le cas pour les troubles musculo-squelettiques qui, en 2014, ont vu leur pourcentage bondir de près de 16 %. Ces chiffres sont à relativiser car des actions sont actuellement menées pour limiter que surviennent ces maladies professionnelles. Néanmoins, ils montrent bien l’importance de la formation à la sécurité, qui présente l’avantage de sensibiliser les travailleurs à la prévention des risques.

Pour conclure, on peut dire que le secteur du BTP reste encore l’un des plus accidentogènes et l’on peut aisément comprendre pourquoi : port de charges lourdes, masse en mouvement, travail sur nacelle en hauteur, circulation d’engins sur les voies de transport public, travaux avec des agents chimiques, etc. La liste des dangers est grande mais cela est à mettre en perspective avec le nombre de métiers représentés dans cette branche, du peintre en bâtiment au couvreur, du démolisseur au maçon, la palette est large. Toutefois, avec les innovations récentes et futures dans le secteur du BTP, de réels efforts ont été mené de manière à sécuriser et minimiser les risques inhérents à chaque métier. La prévention, conduite en étroite relation par les organismes publics et les entreprises, a connu un franc succès et, à l’heure actuelle, continue d’améliorer les conditions de travail sur les chantiers. Chaque collaborateur est formé et sensibilisé à la sécurité, ce qui contribue à la mise en place d’un environnement sécuritaire, où toute personne intervenant sur le chantier participe à son bon déroulement. Beaucoup d’efforts sont actuellement déployés afin de tendre vers une prévention encore plus efficiente, les données publiées chaque année indiquent avec précision les points importants à travailler. Même si l’on peut se réjouir de la baisse du taux de fréquence des accidents du travail au sein du secteur du BTP, il convient de rester vigilant et de tirer des leçons de chaque accident entraînant le décès ou l’incapacité de travail d’un collaborateur.

 

Article sponsorisé – Herman Kiwa – Groupe Via Mobilis

Oct 21 2017

Nouveaux produits bâtiment : D+H Mechatronic AG – ACB – La communication intelligente, c’est maintenant !

Le bog du bâtiment : Avec l’intégration de la technologie Advanced Communication Bus (ACB) dans ses principaux composants de désenfumage et ventilation naturelle, la société D+H Mechatronic AG a franchi une nouvelle étape en matière de sécurité, de rentabilité et d’efficacité. Lors du salon Batimat du 6 au 10 novembre, les visiteurs pourront expérimenter par eux-mêmes la communication en direct d’une centrale de désenfumage CPS-M avec un moteur (hall 5A/stand 143). L’entreprise allemande, leader du marché du désenfumage et de la ventilation (commandes et moteurs), propose de tester le système exposé en avant-première et découvrir l’avenir de la technologie désenfumage.

Le blog du bâtiment D+H Mechatronic AG

Une communication accrue pour une efficacité optimale

Cette nouvelle centrale de désenfumage numérique CPS-M, dotée de la technologie ACB, a nécessité environ dix-sept mille heures de développement. En seulement quelques fractions secondes, elle collecte et traite les informations provenant du système de désenfumage et les traduit en commandes à destination des moteurs. La centrale peut notamment piloter la nouvelle génération de vérins à crémaillère ZA-ACB pour les systèmes de toit et les coupoles d’éclairage ou les boîtiers à chaîne CDC-ACB pour un montage intégré au profilé ou apparent en façade. Le CPS-M sait toujours exactement dans quelle position les fenêtres se trouvent, si elles sont verrouillées ou non, et si tous les raccordements fonctionnent. D’autres interfaces permettent d’intégrer cet outil dans la Gestion Technique du Bâtiment, assurant ainsi l’interaction avec le chauffage et les centrales de protection contre l’incendie et l’effraction. Cette solution complète de désenfumage et de ventilation, économique et fiable, se commande de manière intuitive et peut être intégrée dans tous les bâtiments, même a posteriori.

 

Une technologie intégrée, fer de lance de la marque

Sur le stand D+H (hall 5A/stand 143), le visiteur pourra constater par luimême la simplicité de la solution grâce à un système de démonstration combinant plusieurs innovations D+H : des unités de commande, une centrale CPS-M et quatre moteurs des séries ZA-ACB et CDC-0252. L’équipe D+H expliquera à quel point la technologie ACB intégrée peut faire gagner du temps et de l’argent aux planificateurs, installateurs et techniciens en bâtiment, projets de référence et études de cas à l’appui.

Outre ce temps fort, les visiteurs du salon Batimat pourront découvrir un aperçu des prestations D+H pour la technologie de désenfumage et la ventilation du futur. Ces technologies sont en effet la clé des bâtiments de demain, efficaces sur le plan énergétique, non polluant et esthétiquement parfait, comme le démontrent les nombreux projets de référence internationaux de l’entreprise.

 

www.dhpartner.com

Oct 11 2017

Publi-communiqué : « Pourquoi et comment sécuriser efficacement mon chantier ? »

Pourquoi sécuriser efficacement mon chantier ?

Qu’il se déroule en intérieur ou en extérieur, situé sur la voie publique ou sur un terrain privé, un chantier de construction ou de rénovation, de n’importe quelle taille et de n’importe quelle nature, devient temporairement une zone potentiellement dangereuse, sensible et plus vulnérable aux actes malveillants. C’est pourquoi, il faut assurer une vigilance optimale en ce qui concerne la sécurité du personnel présent, des riverains, des éventuels passants, des matériaux mais aussi des engins dépêchés ; il est donc primordial de mettre en place des solutions afin de sécuriser efficacement son chantier en cours.

 

Secured securisation chantier technologique

« La sécurité doit être une priorité au cœur des chantiers. »


Quelques chiffres à connaître en ce qui concerne les préjudices subis sur les chantiers en France…

  • 65 % des entreprises du secteur du bâtiment ont déjà constaté et déclaré plus de deux vols en moins d’une année de travail.
  • La somme moyenne des préjudices subis pour chaque vol sur les chantiers BTP atteint plus de 10 000 euros et les actes de vandalisme directs ou indirects représentent en moyenne plus de 2% du chiffre d’affaires sur un chantier non sécurisé.
  • Sur les chantiers, les vols de métaux, de matériaux et d’outillage sont les plus répertoriés en France dans les constatations judiciaires.
  • 46 % des dégradations commises seraient volontaires et surviendraient en fin de semaine ou la nuit, pendant l’absence des équipes de travail sur le chantier.
  • 80 % des professionnels du bâtiment n’optent pas pour des assurances contre le vol, ce qui induit des franchises parfois très élevées en cas de sinistre (source SMABTP).

Secured securisation chantier cuivre

En tête des matériaux les plus volés en France, le cuivre. Il représente 23% des vols sur les chantiers.

 

Comment sécuriser son chantier efficacement ?

Le « Pack All Inclusive » que propose SECURED-France, spécialiste de la surveillance électronique de chantier et acteur majeur de la surveillance de chantier sans fil sur l’hexagone, offre un système très complet rapide et efficace.

Les différentes étapes pour une formule de sécurisation de chantier efficace et complète…

Pour commencer, toute entreprise de sécurisation doit réaliser un audit auprès de son client et doit récolter et analyser les besoins réels de celui-ci en termes de sécurité ainsi que la zone géographique à protéger et pendant quelle durée. L’idéal est de souscrire à un contrat où sont comprises la location ainsi que la maintenance du matériel de télésurveillance, mais également l’abonnement et le raccordement au centre de télésurveillance (comprenant aussi carte SIM et différentes interventions).
Les alarmes d’intrusion et leur mise en service et en tension doivent être gérées par l’entreprise de sécurisation de chantier.
Bien évidemment, cette dernière doit aussi prendre en compte toutes les consignes et précautions particulières à prendre selon les besoins de son client.

Au besoin justement, la télésurveillance peut être complétée par du gardiennage physique, des rondes intervenant à des moments plus sensibles, mais aussi des levées de doute jusqu’au contact des forces de l’ordre en cas de déclenchement d’alarme pour intrusion, par exemple.
Enfin un chantier sécurisé doit être signalé en tant que tel (panneaux…).

Bien évidemment, le matériel inhérent à la sécurisation de chantier doit être réévalué selon l’avancement du chantier et son bon état de fonctionnement contrôlé de façon bimensuelle. Une bonne communication entre l’entreprise de sécurisation de chantier et son client est donc essentielle et déterminante pour l’efficacité du processus.

 

La sécurisation de chantier est donc un investissement indispensable…

… Et permet aux entreprises du BTP, aux collectivités, mais aussi à un grand nombre de particuliers qui font ce choix, d’éviter pléthore de désagrément onéreux et chronophages.

Secured securisation chantier technologique

« L’homme et sa sécurité doivent constituer la première préoccupation de toute aventure technologique. » Citation d’Albert Einstein.

 

Article sponsorisé : Secured France.

Août 04 2017

Nouveaux produits bâtiment : Gamme SPEAD Line Dény Security présente une nouvelle version homologuée EN 1125 pour une évacuation sûre et rapide des bâtiments

Le blog du bâtiment : Dans les E.R.P. (Etablissements Recevant du Public), la sécurité des personnels et des visiteurs fait l’objet d’une attention particulière de la part des gestionnaires et exploitants. Pour les aider à condamner ou libérer les issues de locaux aussi divers que salles de spectacles, établissements scolaires, EHPAD…, Dény Security complète sa gamme SPEAD Line avec une nouvelle serrure homologuée EN 1125.

Le blog du bâtiment Deny Sécurité

Certifiée EN 1125, la nouvelle version de la serrure SPEAD Line de Dény Security s’adapte à tous les types de portes d’issues de secours (bois, métal, aluminium ou profil étroit) de 600 à 900 mm de largeur pour garantir une évacuation sûre et rapide dans une situation d’urgence.

Bénéficiant du système breveté d’éjection de pêne automatique qui garantit aux établissements d’avoir une porte toujours verrouillée, la SPEAD Line EN 1125 associe une serrure électrique à mortaiser et une barre antipanique de type push barre. Si la sortie reste libre grâce à la barre de poussée, l’entrée est contrôlée par une béquille.

Alliant ainsi sécurité des accès et évacuation sécurisée des personnes en cas de besoin, la barre antipanique de la SPEAD Line EN 1125 est, conformément aux exigences requises par la norme, simple à manoeuvrer, avec un minimum d’effort par toute personne, notamment les enfants ou les personnes âgées.

Réversible sans aucun démontage du mécanisme, la serrure SPEAD Line EN 1125 est conçue entièrement en inox autorisant ainsi son installation dans tous les endroits, même ceux soumis à des conditions climatiques sévères ou à la poussière.

Alimentée en 12 V, 24 V ou 48 V, la nouvelle version EN 1125 de Dény Security bénéficie de tous les avantages caractéristiques de la gamme SPEAD Line : fonctionnement en sécurité positive ou négative, compatibilité avec les contrôles d’accès existants sur le marché, faible épaisseur de coffre, électronique de gestion intégrée (position porte, états verrouillés/déverrouillés, détection manoeuvre mécanique), faible épaisseur de coffre, entraxe à 70 ou 92 mm.

 

www.deny-security.com/fr

Juil 28 2017

Nouveaux produits bâtiment : HONEYWELL, LEADER DE LA MAISON CONNECTÉE, ANNONCE : LYRIC W1, LA SOLUTION CONNECTÉE AU COEUR DE LA MAISON

Le blog du bâtiment : Au quotidien, les technologies développées par Honeywell E&ES améliorent la vie de millions d’individus. Le détecteur de fuite d’eau et de gel connecté Lyric W1 démontre une nouvelle fois, le savoir-faire de la marque dans le développement d’objets intelligents. Ce détecteur permet aux professionnels de disposer d’une véritable solution à proposer à leurs clients lors de l’aménagement de leur habitation. Ils leurs offrent également une véritable tranquillité d’esprit tout en leur permettant de réagir rapidement face à de potentiels dégâts des eaux.

Le blog du bâtiment HONEYWELL

LA TECHNOLOGIE AU SERVICE DU CONFORT DES UTILISATEURS

Dernier né de la Famille Lyric, le Lyric W1 est un détecteur de fuite d’eau, d’humidité et de gel intuitif, surveillant la maison et notamment les risques liés aux dégâts des eaux. Ces derniers, sont chaque année la cause de dommages occasionnant des travaux coûteux pouvant s’élever à plusieurs milliers d’euros.

Conçu pour faciliter la tâche de l’installateur et limiter le stress d’un éventuel dégât, le détecteur est compact et peut se placer partout, même dans les endroits les plus inaccessibles comme sous un évier ou sous une machine à laver par exemple. Il prend place rapidement et aisément sur un réseau domestique dans les endroits « à risques » où une fuite peut se produire (canalisations, buanderie, chauffe-eau, lavabo, machine à laver, lave-vaisselle, etc.).

Le détecteur possède deux capteurs détectant l’eau, les conditions de gèle et l’humidité. Si une fuite d’eau est détectée, ou que la température ou le taux d’humidité chute ou dépasse la limite fixée, une alerte sonore se déclenche dans la maison et une notification est envoyée vers un smartphone ou une tablette.

Le pack comprend un câble sensible d’1,2m détectant les fuites, le gel et l’humidité sur toute sa longueur et pouvant être utilisé pour élargir la zone de détection. Il est également possible d’enrouler le câble autour des tuyaux susceptibles d’avoir des fuites ou de geler.

Des câbles peuvent être ajoutés pour atteindre une longueur allant jusqu’à 150m.

Le détecteur avertit les utilisateurs d’un danger de deux manières distinctes :

-   via sa puissante sirène de 100 dB dont le son se fait entendre dans toute la maison et permet une intervention rapide

-   à l’aide de l’application Lyric qui envoie immédiatement une alerte sur un Smartphone (celui du propriétaire/locataire ou d’un proche) ou sur une tablette

 

UN DÉTECTEUR SIMPLE D’UTILISATION

Le détecteur peut se placer au sol ou sur un mur (fixations incluses) et ne nécessite aucune maintenance grâce à son fonctionnement à piles dont la durée de vie peut aller jusqu’à 3 ans. Dans un souci de confort, le Lyric W1 est également programmé pour envoyer une notification à l’utilisateur lorsque les piles doivent être changées.

Afin de simplifier son utilisation, l’application Lyric guide étape par étape les utilisateurs dans les réglages de l’appareil.

Le Lyric W1 est disponible dans le réseau de distribution professionnel au tarif de 74.17€ HT.

 

LA FAMILLE LYRIC S’AGRANDIT

Le nouveau détecteur de fuite d’eau et de gel Wi-Fi Lyric W1 vient s’intégrer à l’environnement Honeywell Lyric™, plateforme de produits connectés Wi-Fi conçue pour simplifier le confort, la sécurité et la prévention dans l’habitation.

Honeywell a ainsi développé l’application Lyric disponible sur les systèmes d’exploitations Android et iOS. Cette dernière permet aux utilisateurs de contrôler en permanence et en toute simplicité tous les systèmes connectés de l’environnement Lyric, que ce soit le thermostat d’ambiance intelligent Lyric T6, le nouveau détecteur de fuite Lyric W1 ainsi que les futurs produits qui viendront s’intégrer prochainement à cette plateforme.

 

www.getconnected.honeywell.com

Articles plus anciens «